SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.19 número2Onicomicosis: Revisión del temaTendencia de la mortalidad por asma en Uruguay: 1984-2001.: Relación con la venta de medicamentos antiasmáticos índice de autoresíndice de materiabúsqueda de artículos
Home Pagelista alfabética de revistas  

Servicios Personalizados

Revista

Articulo

Indicadores

Links relacionados

  • No hay articulos similaresSimilares en SciELO

Compartir


Revista Médica del Uruguay

versión On-line ISSN 1688-0390

Resumen

PEDREIRA, Walter; ANZALONE, Leonardo; ALVEZ, Marcelo  y  CAFFERATTA, Alina. Fosfomicina trometamol. Una opción terapéutica válida en infecciones urinarias bajas . Rev. Méd. Urug. [online]. 2003, vol.19, n.2, pp.107-116. ISSN 1688-0390.

Résumé L'infection urinaire basse est une pathologie fréquente chez les femmes, aynat une évolution favorable mais une haute morbidité. La phosphomycine est un dérivé de l'acide phosphonique qui altère la paroi bactérie. Son activité comprend la plupart des agents uropathogènes avec une résistance de 1% en Escherichia coli, l'uropathogène le plus important. Le sel de trométamol améliore l'absorption de la phosphomycine, obtenant des concentrations urinaires avec rang thérapeutique pendant trois jours après une dose de 3 g. Buts: connaître l'efficacité clinique-microbiologique et la sécurité d'une monodose de phsphomycine/trométamol (Phosphurol) de 3 g ches des femmes avec infection urinaire basse pas compliquée. Matériaux et méthode: on a réalisé une étude prospec-tive multicentrique et pas comparative. On a étudié 54 patientes qui sont allées aux polycliniques d'Assistance Primaire de la Santé Publique et d'un centre privé d'assistance, avec des symptômes d'infection urinaire basse sans avoir reçu d'antibiotiques pendant les 15 jours précédents. On a collecté l'urine pour l'évaluation au moyen de bande réactive d'éléments anormaux et la culture pour bactériurie quantitative. Aux patientes avec infection urinaire on a donné une monodose de phosphomycine trométamol de 3g. Les cèpes isolées ont été identifiées et on a étudié leur sensibilité face à cet antimicrobien. On a fait une suite clinique et microbiologique pendant la semaine 1 et 3 après la première consultation. Résultats: on a isolé les germes suivants: 41 Escherichia coli, 4 Staphylococcus saprophyticus, 4 Proteus sp, 1 Enterococcus sp, 2 Klebsiella sp, 1 Streptococcus agalactiae et 1 Enterobacter sp. Seulement 3 cèpes de Staphylococcus saprophyticus et une cèpe de Klebsiella sp ont présenté résistance in vitro. À la visite 2 on a trouvé 50 éradications, 4 persistences microbiologi-ques, 49 guérisons cliniques et 4 failles. À la visite 3 on a trouvé 49 éradications, 1 récidive, 49 guérisons et 1 rechute. Aucune patiente n'a présenté candidose après le traitement ni des effets secondaires significatifs. Conclusions: la basse résistance in vitro à la phospho-mycine des germes urinaires étudiés et l'efficacité clinique-microbiologique et la tolérance à cet antimicrobien, le signalent comme une thérapeutique utile dans le traitement des infections urinaires pas compliquées chez les femmes.

Palabras clave : INFECCIONES URINARIAS [quimioterapia]; FOSFOMICINA [uso terapéutico]; TROMETAMOL [uso terapéutico].

        · resumen en Español | Inglés     · texto en Español     · Español ( pdf )

 

Creative Commons License Todo el contenido de esta revista, excepto dónde está identificado, está bajo una Licencia Creative Commons