SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.21 issue3Características epidemiológicas de una población que accedió al Programa de Prevención del Cáncer de Cuello Uterino en UruguayDerivación de pacientes pediátricos a unidades de cuidados intensivos: estudio de cuatro años en una institución de asistencia médica colectiva author indexsubject indexarticles search
Home Pagealphabetic serial listing  

Revista Médica del Uruguay

Print version ISSN 0303-3295

Abstract

OSIMANI, María Luz et al. Seroprevalencia para los virus de la inmunodeficiencia humana, hepatitis B y C en usuarios de drogas inyectables: Uruguay, 2003. Rev. Méd. Urug. [online]. 2005, vol.21, n.3, pp. 207-214. ISSN 0303-3295.

Résumé En Uruguay, les séroprévalences des infections causées par les virus de l’immunodéficience humaine et des hépatites B et C, sont sensiblement plus élevées dans des populations à risque. Il est donc important de les connaître, ainsi que leurs possibles causes, afin de faire les interven-tions nécessaires. L’objectif de ce travail est de connaître la prévalence de ces infections chez des usagers de drogues par voie injectable, âgés de plus de 18 ans, qui habitent à Montevideo et sa banlieue en 2003; simultanément, analyser l’influence des injectables, des pratiques sexuelles et de ceratins comportements sur la prévalence de ces infec-tions. On a fait le choix de 200 individus âgés de plus de 18 ans qui avaient commencé à consommer des drogues par voie injectable après 1980. Pour ce faire, on a utilisé la technique de "boule de neige", entre octobre et décembre 2003. On a créé une étude de prévalence, en se servant d’une banque de données primaire, abordée au moyen d’une étude sérologique et d’un entretien de façon simul-tanée. On a analysé les pratiques à risque en calculant les prévalences relatives (PR) et leurs intervales de confiance de 95%. L’association statistique a été déterminée avec l’épreuve de chi carré de mantel Haenszel. Le niveau de signification statistique fixé a été de 0,10 (p< 0,10). Les prévalences trouvées ont été de 18,5 % pour virus d’immu-nodéficience humaine; 19,5% pour virus de l’hépatite B et 21,5% pour l’hépatite C; 33% a présenté une de ces infections, 15% une, 9,5% deux et 8,5% même trois. Pour toutes les infections, le fait de se piquer avec une fréquence hebdomadaire ou plus, avoir consommé pendant plus de deux ans, partager des seringues et des aiguilles, nettoyer le matériel de ponction pour le réutiliser, avoir un partenaire sexuel positif pour le virus d’immunodéficience humaine ou porteur du syndrôme d’immunodéficience acquise ou usagers de drogues injectables, et le fait d’avoir été en prison, ont été des facteurs de risque pour s’infecter. Les prévalences trouvées ont été inférieures que celles des pays de la région. Cependant, le tiers des usagers de drogues injectables sont infectés par un de ces virus, le tout accompagné de conduites de risque propres de ce collectif.

Keywords : SEROPREVALENCIA DE VIH; HEPATITIS B [epidemiología]; HEPATITIS C [ epidemiología]; ESTUDIOS SEROEPIDEMIOLÓGICOS; TRASTORNOS RELACIONADOS CON SUSTANCIAS; COMPARTIMIENTO DE AGUJA.

        · abstract in English | Spanish     · text in Spanish     · pdf in Spanish