SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.20 número2Efectos adversos asociados a la vacuna antimeningocócica VA-MENGOCC-BCR índice de autoresíndice de materiabúsqueda de artículos
Home Pagelista alfabética de revistas  

Revista Médica del Uruguay

versión impresa ISSN 0303-3295

Resumen

PIREZ, María Catalina et al. Control de un brote epidémico de enfermedad meningocócica por N. meningitidis serogrupo B. Rev. Méd. Urug. [online]. 2004, vol.20, n.2, pp. 92-101. ISSN 0303-3295.

Résumé Introduction: en juillet 2001, en Uruguay, quelques événements ont alerté sur la possibilité d’un changement à l’évolution de la maladie invasive méningococcique, EIM par Neisseria meningitidis sérogroupe B et ont signalé la possibilité du passage du stade endémique au stade épidémique de la maladie. La hausse épidémique de mai-juillet 2001 à la ville de Santa Lucía (30 cas/100.000 habitants) a causé une discussion parmi les autorités sanitaires du pays, ce qui a mené à la vaccination de la population de 4-19 ans de cette ville et de ses alentours pour après s’étendre dans le reste du pays. On a utilisé le vaccin méningococcique B-C de l’Institut Finlay de Cuba. But: analyser les cas de EIM survenus après la vaccination avec vaccin méningococcique B-C dans les départements de Canelones (443.053 habitants) et de Montevideo (1.344.839 hab.) en avril 2002-mars 2003 pour le premier et en août 2002-juillet 2003 pour Montevideo. Méthodes: On analyse les cas de EIM survenus aux départements de Canelones et de Montevideo, après avoir vacciné avec antiménigococcique B-C. On compare aux cas survenus deux ans avant. Les variables analysées: âge, forme clinique, vaccination avec vaccin antiméninco-coccique B-C, évolution clinique, sérotype et sursérotype de N. Meningitidis sérogroupe B. Résultats: a) Canelones: dans la période 1er avril-31 mars 2001, l’incidence est de 1,5 cas/100.000 habitants, elle devient le double dans la période 1er avril 2001- 31 mars 2003 (3,4/100.000) et dans la période post-vaccinale elle diminue (1,8/100.000). La létalité a été de 27% dans la période de poussée épidémique et de 12,5% dans la période post-vaccinale. Pour le groupe de 4 à 19 ans l’incidence a été de 7,4 /100.000 (période 1er avril 2001-31 mars 2002) avec trois morts (toutes associées à la cèpe B:4,7:P1.19,15); pas de cas dans la période post-vaccination. b) Montevideo: dans la période 1er août 2000-31 juillet 2001 l’incidence a été de 1,5 cas/100.000 habitants, a augmenté à 2,3/100.000 dans la période 1er août 2001- 31 juillet 2002 et a diminué à 1,8/100.000 après le vaccin. La cèpe B:4,7:P1.19,15 a prédominé dans les deux premières périodes. La létalité a été de 5% pour la période 1er août 2000-31 juillet 2001, 10% en août 2001-31 juillet 2002 et 4,5% après vaccination. Des 24 cas survenus après la vaccination, 6 étaient des patients vaccinés. Dans le groupe de 4 à 19 ans il y a eu 15 cas dans la période 1er août 2001-31 juillet 2002 et 11 après vaccin. Discussion: L’incidence de la maladie après la campagne de vaccination s’est située dans les valeurs antérieures à 2001. Il n’y a pas eu de cas dans le groupe de 4 à 19 ans (population cible de la vaccination) à Canelones. Dans ce même groupe à Montevideo on n’a pas apprécié de variantes. On signale la diminution de morts causées par cèpe vaccin. Conclusion: la vaccination avec le vaccin anti-méningococcique B-C a été utile pour le contrôle de la hausse épidémique de l’an 2001. Elle a réussi à réduire l’incidence et les cas mortels dans le groupe vacciné.

Palabras llave : MENINGITIS MENINGOCÓCICA [epidemiología]; MENINGITIS MENINGOCÓCICA [ inmunología]; VACUNAS MENINGOCÓCICAS.

        · resumen en Español | Inglés     · texto en Español     · pdf en Español